EXPLORE project Romane and Hugo: “Our first month in Romania”

A.C.T.O.R. is hosting a short-term EVS project called EXPLORE, coordinated by the French organization, Pistes Solidaires. Within this project, A.C.T.O.R. is hosting Hugo and Romane from July till the end of August. Here there are their first impressions after more than one month they are here in Bucharest.

Hugo – (English version)

I must first begin by explaining the reason(s) of my “engagement”. For several months I have been learning about the humanitarian sector and orienting my studies to enable to work in this field or in social and education. The experience in humanitarian and social fields are in process because I’m abroad in a real project, this is just as much as a diploma.

So I started actively looking for a project of volunteering in Europe or elsewhere. I could not see myself staying in France during summer, wasting my time, serving no purpose in a country that does not fit me, then it was the time that I found the right project just two weeks before leaving for a volunteer project with children in hospitals in Bucharest. I perfectly remember that moment, the project seemed to me perfect so I jumped on my phone and directly contacted the French association in connection with that project, Pistes Solidaires. After two weeks, steps, hundreds of emails and a growing excitement, I left France.

Now it’s the time to evaluate the time spent here in this project after a first month rich of emotions. All my hopes were exceeded and now I can say that Romania is my second country and Bucharest my second city, here I feel at home. I was welcomed by the two French volunteers of the association, I knew that if all the volunteers were like them I would have made a beautiful group of friends. I was never alone, always together, we always help each other and all in a common project. All this would not be possible without the coordinators and people of the association with whom we have an excellent relationship, my 2 coordinators were in my place few years ago because they also have been volunteers in A.C.T.O.R., they had the same questions as me and they know how to answer them. In plus I have a mentor available all the time for questions or an appointment and who gives her time to allow us to be even more comfortable and the loop is complete.

Now let’s talk about children, my greatest satisfaction and my greatest happiness here. My fear before arriving was the communication with them, I was afraid of not being able to dialogue to understand them but after 1 month this thought is quite different. Sometime we communicate by gestures, sometimes in English. In plus the learning of Romanian, particularly learning colors, materials and animals, can help us in understanding each other. Looking at their smiles when they see us arrive and their satisfaction at the end of the activity gives an incomparable energy and another vision of life. You do not complain for the same things you relativize a lot, you grow up so. They are often children who come from one week to the next and who are also particularly endearing and with a lot of courage. It is with them that here I feel myself and that I really feel to be useful for something.

I told myself before writing this article that I had to note a few negative points but I assure you that I searched, I searched since I arrived but I could not find nothing. I started my second month, August, full of project activities, actions and visiting Romania till today, where after a day in one of the most beautiful cities in the country (Brasov) I wrote these words in a crowded train with Jon, my Spanish friend, who is also doing an EVS.

38729522_513213725786609_4925743823931310080_n

Hugo – (French version)

Je dois tout d’abord commencer ses lignes par vous expliquer la ou les raisons de mon engagement. Depuis plusieurs mois déjà je me renseigné sur le secteur de l’humanitaire et orienter mes études pour me permettre de travailler dans ce domaine ou dans le social et l’éducation. L’humanitaire et le social en particulier marchent à l’expérience, plusieurs mois à l’étranger au cœur d’un vrai projet vaut tout autant qu’un diplôme.

Je cherché donc activement un projet de volontariat en Europe ou ailleurs je ne me voyais pas rester en France perdre mon temps, ne servir à rien dans un pays qui ne correspond pas c’est alors que je suis tombé, deux semaines avant de partir sur un projet de volontariat auprès d’enfants à l’hôpital à Bucarest. Je me rappel parfaitement de ce moment, le projet m’a paru comme une évidence j’ai sauté sur mon téléphone et directement contacté l’association française en lien avec le projet. Après deux semaines, des démarches, des centaines de mails échangés et une excitation grandissante je quitte à la France…

L’heure du bilan après un premier mois riche en émotions est arrivé toutes mes espérances ont été dépassé, la Roumanie est mon deuxième pays Bucarest et ma deuxième ville je suis ici chez moi. J’ai été accueillis par les deux volontaires française de l’association j’ai directement été mis à l’aise et j’ai su que si tout les volontaires étaient comme elles je me ferais une belle bande d’amis. Je me suis pas trompé toujours ensemble toujours soudés les uns les autres et tous dans un projet commun. Tout ça ne se ferait pas sans les coordinateurs et personnes de l’asso avec qui nous avons un excellent rapport, mes 2 coordinateurs étaient à ma place il y a quelques années ils ont eu les mêmes questions que moi et savent donc y répondre. Rajoutons à sa une mentor disponible tout le temps pour des questions ou un rendez-vous et qui donne de son temps pour nous permettre d’être encore plus à l’aise et la boucle est bouclée.

Parlons maintenant des enfants, ma plus grande satisfaction et mon plus grand bonheur ici. Ma crainte avant d’arriver étais la communication avec eux, j’avais peur de ne pas pouvoir dialoguer les comprendre mais après 1 mois le constat est tout autre les gestes, l’anglais parfois et l’apprentissage du roumain et particulièrement des couleurs matériaux et animaux permet de se comprendre mutuellement. Voir leurs sourires quand ils nous voient arriver et leur satisfaction à la fin de l’activité donne une énergie incomparable et une autre vision de la vie, tu ne te plains plus pour les même choses tu relativise énormément, tu grandis en sorte. Ce sont souvent des enfants qu’on revoit d’une semaine à l’autre et qui en plus sont particulièrement attachant et avec énormément de courage. C’est avec eux c’est ici que je me sens moi et que j’ai l’impression réellement de servir à quelque chose.

Je me suis dit avant d’écrire cet article qu’il fallait bien noter quelques points négatifs mais je vous assure que j’ai cherché, je recherche depuis que je suis arrivé mais introuvable. Je commence mon mois d’août la tête pleine de projet d’activité, d’action et de visite en Roumanie à l’image d’aujourd’hui où après une journée dans une des plus belles villes du pays ( Brasov ) j’écris ses mots dans un train bondé avec Jon mon ami espagnol, car c’est sa aussi un SVE.

Hugo

Romane – (English version)

My name is Romane. I am from France and I am 17 years old.

I have been here in Romania, for a month, I live in the center of Bucharest, I do animation for children in hospitals. Things are going well, we are 15 volunteers, we talk in English among us. I’m learning English since one month because when I arrived I did not speak at all this language.

It is a rewarding experience full of interculturality. The language is not a problem when we do activities in hospitals because we communicate with gestures and we understand each other well, but I have Romanian lessons to make it easier, at least 1h30 a week.

I also have free time to visit Romania. My first month went very well and I didn’t have any problem integrating myself in this country.

group

Romane – (French version)

Je m’appelle Romane je viens de France et j’ai 17 ans.

Voila un mois que je suis ici, j’habite au centre de Bucarest, je fais de l’animation au près des enfants dans les hôpitaux. Les choses se déroulent bien nous sommes 15 volontaires nous discutons en anglais entre nous , un anglais que j’ai appris en un mois car à mon arrivée je ne parlai pas du tout cette langue.

C’est une expérience enrichissante pleine d’interculturalité. La langue n’est pas un problème pour travailler dans les hôpitaux avec les gestes nous nous comprenons bien, mais J’ai des cours de roumain pour que cela soit plus facile , 1h30 par semaine.

J’ai aussi du temps libre pour visité la Roumanie. Mon premier mois c’est donc très bien passé et je n’ai eu aucun soucis à m’intégrer a ce pays.

Romane park.jpg

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s